16 févr.

Rencontre avec l'auteur Pascale DIETRICH

Le 16/02/2018 | Bibliothèque Municipale

• Agenda •

Vendredi 16 février, à 18 h 00 à la biliothèque de Juniville
Rencontre avec l'auteur Pascale DIETRICH
Dans le cadre du festival littéraire "Des îles et des livres"

organisé par Interbibly (4ème édition)


Entrée libre et gratuite.


 

Pascale Dietrich est née à Tours en 1980. Sociologue à l’Ined à Paris, ses travaux portent sur les inégalités face au logement et les conditions de vie des plus démunis (Le logement intolérable, 2011).
Côté écriture, elle a publié des nouvelles (Le congélateur, 2014) ainsi que deux romans (Le Homard, 2013 et Une île bien tranquille, 2016).


Livres disponibles à la bibliothèque :


Une île bien tranquille (Editions Liana Levi)
Sur les îles bretonnes, tranquilles ou pas, le vent est toujours coupable, même des chutes du haut des falaises. Difficile pourtant de convaincre Edelweiss de ce scénario, de retour à Trevedic pour enterrer son père tombé du pic du Rat. Ses doutes se renforcent lorsqu’elle remarque que les îliens ont étrangem...ent changé leurs habitudes : ils ont repeint leurs maisons à neuf, possèdent des yachts rutilants ou encore des voitures de luxe tout à fait inutiles dans cette société miniature…


Le congélateur (Editions IN8)
Une bouteille de coca, une vieille Peugeot 306 et son thermos de café, un caddie bourré de surgelés jusqu’à la gueule… ne vous fiez pas aux apparences : ces objets inoffensifs masquent de terribles crimes. La famille, c’est sacré : que ne ferait-on pour la défendre ? Dans ces quatre histoires drolatiques, les troubles affectifs se déguisent sous des délires consuméristes.


Le homard (Editions IN8)
Quand Camille gagne un homard vivant à la tombola, elle ignore encore qu’elle ne pourra l’ébouillanter. Mais entre-temps, elle s’est débarrassée d’un pic à glace, car c’est l’utilité des tombolas : on fait le ménage dans les placards.
Près des plages, un premier touriste anglais est retrouvé mort. Puis un second. Est-ce trop pour une petite ville bretonne de 3000 âmes ? Doit-on parler de serial killer ?